mercredi 18 août 2010

As pres lo camin, Aurélia Lassaque


 

 

 

As pres lo camin del país de nuèch.

Lo desèrt i es de gèl

E las estèlas se languisson.

Obris tos braces e cava,

La posca serà ton pan,

T’abeuraràn nòstras lagremas.

Vai, vai e t’entornes pas.

S’ausisses udolar la peira,

Es que s’i gravan las letras de ton nom.

 

 

Tu as pris le chemin du pays de nuit.

Le désert y est de gel

Et les étoiles s’ennuient.

Ouvre tes bras et creuse,

La poussière sera ton pain,

Tu t’abreuveras de nos larmes.

Vas, vas et ne te retourne pas.

Si tu entends hurler la pierre,

C’est qu’on y grave les lettres de ton nom.

 

Aurélia Lassaque, 2010.

1 commentaire:

  1. Adieu Aurélia.
    Poèma prigond, soi força esmogut.
    Francis.

    RépondreSupprimer