lundi 19 décembre 2011

Hier, au pied du Vercors, le rouge sur la neige, chez Stéphane Landois, Atelier du hanneton!

Les plombs de Soutine
Le livre!
Roulotte de lecture nomade
Stéphane Landois dans l'atelier de typographie

mardi 13 décembre 2011

Une Petite librairie de plus! Des bonheurs d'écoute en plus et des rencontres...De Yann Mirallès à Thomas Tranströmmer, Jean Azarel et Michaël Glück

Yann Miralles et Michaël Glück
Kerstin Tillberg: hommage à Tomas Tranströmmer
Gel du matin: hommage à Caproni!

mercredi 30 novembre 2011

Programme de la prochaine Petite Librairie du 10 et 11 décembre



petite librairie de Noël 10 et 11 décembre

La petite Librairie des champs ouvrira ses portes le samedi 10 décembre à 16 heures pour vous faire découvrir une table consacrée à la littérature jeunesse mais aussi à la POESIE!

Samedi 10 décembre nous accueillerons à 18 heures les lectures de deux poètes, Michaël Glück et Yann Miralles en compagnie de leur éditeur Jacques Brémond.

Ensuite nous partagerons le verre de l'amitié et un repas tiré du sac pour ceux qui souhaitent rester pour partager un moment de discussion avec nos invités.

Dimanche 11 décembre : ouverture à 14 heures et

nous recevrons à 15 heures le poète Jean Azarel pour son livre Marche lente, accompagné par la musique: http://www.myspace.com/parqks

"Peu d’hommes ont le cœur pivoine. Pour beaucoup l’amour est

provisoire. Tu ranges tes fiancés comme des parchemins fiévreux dans

le désordre des choses. Premiers butins charnels. Déshabillée,

haletante dans un tempo de caresses, tu t’acharnes à penser que tu

n’es pas nue et que tu t’appartiens."

mercredi 23 novembre 2011

Michaël Glück, Yann Miralles et Jean Azarel le 10 et 11 décembre à la Petite Librairie



Il y aura une table littérature jeunesse car Noël approche!
Il y aura de la poésie le samedi avec Michaël Glück et Yann Mirallès et leur éditeur Jacques Brémond!
Il y aura le dimanche de la musique et des textes avec le poète Jean Azarel et ses invités!

Et vous, amis de la Petite Librairie, amoureux de la poésie et de ces moments rares où la rencontre se fait entre poètes, lecteurs et un lieu...Notez déjà dans votre agenda ces dates!

jeudi 17 novembre 2011

Est partie la jeune fille


Est partie la jeune fille
au soleil de midi
nous laissant à la terre
elle courant retrouver
les oiseaux et le ciel
que de trop longtemps
elle avait perdu de vue
et la voilà courant à
l'aventure sans nous
la petite enfant mère
de tous les enfants
Elle est partie
emportant ses secrets
nous laissant un rêve
entre le rose des joues
et le noir des nuits
elle est partie
vers la mer toute seule
parce que dans la nuit
elle avait beaucoup grandi
sans nous toute seule
Est partie la jeune fille
la vieille dame des contes
ange et démon
sorcière tendre
enfant butée
la voilà sur la route
en allée
et nous la regardons
elle qui s'en va
d'un bon pas
vers l'infini

mardi 15 novembre 2011

la folie des morts, Lucetta Frisa


CHANSON DU MATIN

Apporte-moi le matin dans une tasse

avidement je le boirai

et

par cette vieille porte rajeunie je sortirai.

Ecrasée par des souliers gris

le matin fragile s’épuise et dérive

transformé en rêve des origines,

bouche tremblante sans mémoire ni salive.

Plus tard, à la fin du jour

je n’aurai plus soif.

Apporte-moi l’alphabet

l’or ancien des syllabes

où sifflent les vents cosmiques

qu’ils tissent ici la bonne nouvelle

l’arrêtant dans la pierre et l’acier-

qu’elle dépasse l’information émiettée

- la chronique des petites journées.

Au moyen-âge, un filet de lumière traverse

le pain et le livre du moine à son réveil.

Je répète en moi ses gestes

m’obligeant à me souvenir.

Le rossignol et le hibou

ne chantent-ils pas de concert

certaines nuits ?

lundi 14 novembre 2011

Rien n'obscurcira la beauté de ce monde, Ilarie vORONCA



RIEN n'obscurcira la beauté de ce monde.

Les pleurs peuvent inonder toute la vision. La souffrance

Peut enfoncer ses griffes dans ma gorge. Le regret,

L'amertume, peuvent élever leurs murailles de cendre,

La lâcheté, la haine, peuvent étendre leur nuit,

Rien n'obscurcira la beauté de ce monde.

Nulle défaite ne m'a été épargnée. J'ai connu

Le goût amer de la séparation. Et l'oubli de l'ami

Et les veilles auprès du mourant. Et le retour

Vide, du cimetière. Et le terrible regard de l'épouse

Abandonnée. Et l'âme enténébrée de l'étranger,

Mais rien n'obscurcira la beauté de ce monde.

dimanche 13 novembre 2011

Deux jours extraordinaires: rencontres, lectures, expositions et POESIE!






Ce furent deux belles journées que nous n'oublierons pas de sitôt! Merci à tous et à Collodion (François Poulain et Claire Cuenot) mais aussi à Michel Steiner, Julien Blaine, Daniel Biga, Anne-Marie Jeanjean, Pierre Soletti et tous, artistes, poètes et amis de la poésie!

mardi 1 novembre 2011

Programme définitif du 11 & 12 novembre à la Petite Librairie des Champs

Daniel Biga
Anne-Marie Jeanjean
Bernard Vargaftig, dessin de Michel Steiner
Julien Blaine, édition Collodion
vendredi 11 novembre
16 heures : ouverture de la Petite Librairie, exposition des livres des éditions Collodion et des auteurs invités
17.30 heures : lecture de Claire Cuenot : présentation des éditions Collodion et ensuite lecture dédiée à Bernard Vargaftig ( 4 ouvrages de B.V aux éditions Collodion) puis lecture du livre de Claire Cuenot fait avec avec l'artiste Michel Steiner "L'anonymat de Geneviève"
19 heures : vernissage de l'exposition Michel Steiner et apéro dinatoire partagé
21 heures: lecture de Julien Blaine en compagnie de Pierre Soletti

samedi 12 novembre
16 heures: ouverture de la petite Librairie
17.30 heures : lectures de Daniel Biga et Anne-Marie Jeanjean
19 heures: apéritif partagé
20 heures: fermeture de la Petite Librairie
contact et réservation:
04 90 43 94 82
06 26 41 70 42
http://lapetitelibrairiedeschamps.blogspot.com

samedi 22 octobre 2011

11 & 12 novembre à la petite librairie des champs: Blaine, Biga, Cuenot, Jeanjean, Soletti et le peintre Michel Steiner


Un très beau programme pour ce redémarrage! A noter dans son agenda et à diffuser auprès de ses amis!

Le vendredi 11 novembre:
17 h vernissage...Michel Steiner/Claire Cuenot
18h début des lectures (Blaine, Cuenot, Biga)
19 h: pause apero dinatoire
20 h reprise lectures
Ainsi que le poète Pierre Soletti.
le samedi 12, on remet ça à peu près de la même manière...avec en plus Anne-Marie Jeanjean et toujours Biga, Blaine et Cuenot!

mercredi 19 octobre 2011

Pour saluer le départ d'Andréa Zanzotto


Ellébore: ou quoi donc ?


I

En chaque chambre, en chaque secret
interstice je te rencontre, vous rencontre, ellébore
bouquets au pied caché, souterrain
en soignante folie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..... . . .Ellébore
multiples et doux comme vos caresses
de feuilles qui ramènent
de la chambre de la maison
à celle de la petite vallée
plus simplement perdue et mouillée en elle-même ....
et dans son propre hivernal interstice . ... ..
son propre enraciné indice . . . . . . . . . . . . . .. .
de beauté ou obscurité toujours en délire. . ..... .
Si légèrement se donner, caressé . . . . . . . . .. . .. ..
. . . ..en soi, étendu en enthousiasme apaisé . .. .. .
Oh, calme, Calme, ellébore . .... ... . .
sont tes duplicités et tes corolles-caresses .. ......
humbles comme les guéries folies
en ces suites de chambres
subrepticement épanouies et puis récupérées . . ... ....... ..Ellébore
. . . .. .en rampant
Ellébore n'est plus ton nom
en quelques vagues erreurs des saisons
tu es carneval qui est distance et dégringolade
dans le monde renversé où tu t’insinues
par des coteaux domestiques le long d’apaisés et modestes noms
de caméléon à peine visible, mais
présente petite plante petite sœur pour nous peut-être morte
en voulant guérir nos folies –
dans les interstices, dans les chambres harpies
de la maison et non maison, du poème aux plus
menaçantes règles et dissymétries.
Oh adieu à ta carnavalesque .. . . . . . . . . .. . . . .... ..... ..Ellébore
et rose bécotée
soudaine résurgence et puis rapide disparition.
Emporte avec toi ce qu'il y a de plus secret
et surdigne et brûlant de fièvres
dans la lampe torve d’acariens des tapis d'intérieur,
médication que tu rends médication
ton glissement même quand tu te relies à l’idée
de folie, de sorte qu’en la fuyant tu nous gouvernes
. . . . . ..disparaissant-disparaître
. . . . . ..intersticer-fou de feuillets roses
.. . . . . .potion-consommations de feuilles peut-être noire mégère.



..................... . ........de: Conglomerati, Milan, Mondadori, 2009

lundi 17 octobre 2011

Assemblée générale Petite Librairie des champs: 5 novembre


Le 5 novembre, à midi trente, nous nous réunirons au Moulin Brûlé (repas tiré du sac)
pour élire le nouveau bureau,
dresser le bilan de nos activités et de notre participation aux journées Rouge de Boulbon,
et
établir le calendrier des mois à venir
sachant que nous avons déjà deux rendez-vous:
- avec la maison d'édition Collodion et ses auteurs, Daniel Biga, Claire Cuenot, Julien Blaine, Anne-Marie Jeanjean le 11 & 12 novembre
- avec les éditions Jacques Brémond le 10 & 11 décembre avec Michaël Glück, Yann Miralles, Pierre Cosse mais aussi Jean Azarel et la maison Samizdat (http://www.editionsamizdat.ch/cms/default.aspx)
sans oublier le Téléthon le 5 décembre auquel nous participerons sans doute !
Ensuite chacun lira une page du poète de son choix lu cet été...

dimanche 16 octobre 2011

jeudi 13 octobre 2011

avec l'artiste David Tresmontant, interventions poétiques de SD et FR, Tour Philippe le Bel, Villeneuve Lès Avignon, vernissage samedi 15 octobre 11 h

mouches, des mots dans le secret des tours
en face de la tour, le palais des Papes
couleurs de la plaine et des collines
soleil trouant la tour
installation...
Abeilles guêpes, zèbres sur les murs de la tour

Une exposition à voir jusqu'au 30 novembre, Tour Philippe le Bel, à Villeneuve lès Avignon:

lundi 10 octobre 2011

Lire Pierre Reverdy


Sans entrer

Derrière la porte sans vitres, deux têtes de remords s'encadrent dans un sinistre jeu de grimace amicale. Et par l'autre porte entr'ouverte - celle qui les protège assez mal de la nuit - on aperçoit le rayon où s'alignent les livres, où se réfugient les rires et les mots des veillées sous la lampe, sous la garde d'un très vieux portrait - menaçant de son éternel sourire ironique.
Et tout s'étouffe et s'assoupit en attendant le réveil, la lumière et la vie, et, plus que tout, la fin de l'effroyable rêve.

Pierre Reverdy, Sable mouvant, nrf/poésie Gallimard

vendredi 7 octobre 2011

Tsvetaïeva aujourd'hui, jardin triste, verger à l'agonie...


Poème à l'orphelin

Mes pensées envolées ailleurs,
Vers un trésor perdu, lointain-
Pas après pas, fleur après fleur,
J'ai décapité le jardin.

Par un jour d'été sec, au bord
d'un champ, il se peut que vienne
D'une main distraite la mort
Couper une tête - la mienne.

3-6 septembre 1936

jeudi 6 octobre 2011

La poésie et le Nobel: le poète suédois Tomas Tranströmer Nobel de littérature 2011


Cartes postales noires
I,
L'agenda est rempli d'un avenir incertain.
Le câble fredonne un refrain apatride.
Chutes de neige dans l'océan de plomb. Des ombres
se battent sur le quai.

II,
Il arrive au milieu de la vie que la mort vienne
prendre nos mesures. Cette visite
s'oublie et la vie continue. Mais le costume
se coud à notre insu.

Baltiques, Le castor astral et les Ecrits des forges, 1989

mercredi 5 octobre 2011

Rouges ont été ces journées, et joyeuses...Rouge Boulbon

Dans les rues du vieux village, le surréalisme n'est pas mort...
Au centre culturel Ste Anne, artistes adultes et enfants s'en sont donné à coeur joie, et ici un petit chaperon rouge court pour échapper au loup!

Tableaux, dessin, installation video...et mannequin rouge...
La Vache qui rit elle-même, fourmis rouges et pommes rouges...
que de souvenirs à conserver dans la fraîcheur de la mémoire...

lundi 3 octobre 2011

Le rouge à Boulbon: de grands moments joyeux de vraie poésie!




"Une tache rouge et grise au bord de l'herbe haute. (Il faut construire la mémoire et la percher dans les arbres.)
Il faut démêler dans le langage une phrase qui soit une trace - et ce n'est, qu'à peine, une tache rouge et le gris l'envahit."

"Ton sourire est cette maison dont je parle j'y passe et c'est sur des toits (tuiles rouges été silencieux) le ciel y est une prairie bleue les oiseaux portent ton visage dans un assemblage de phrases et de feuillages: il de vient de la lumière et du vent qui..."

James Sacré Coeur élégie rouge, André Dimanche éditeur

dimanche 18 septembre 2011

La couleur rouge à l'honneur à Boulbon le 1 & 2 octobre

BOULBON

SAMEDI 1er – DIMANCHE 2 OCTOBRE 2011


ROUGE



Association culturelle et artistique, Boulbon à l'Encre Sympathique propose deux journées autour de la couleur rouge; aventure dans laquelle chacun peut être partie prenante, le maillon d'une chaine... rouge bien sûr!



POURQUOI LA COULEUR ROUGE?


La manifestation des 1er et 2 octobre ayant un but à la fois culturel, créatif et festif, il s'agissait de proposer un thème fort, différemment à chacun, afin de susciter la curiosité et l'intérêt du plus grand nombre.

Le choix du rouge s'est imposé car il est La Couleur par excellence, ne fait pas dans la demi-mesure et joue toujours sur des valeurs contradictoires.


L'ambivalence du rouge, ses différentes personnalités se traduiront sans aucun doute dans les actions et les productions présentées lors de ce week-end qui lui sera dédié.



CHACUN PEUT PARTICIPER, COMMENT?


SUIVEZ LE FIL... ROUGE DE VOTRE INSPIRATION...


Jouez avec le rouge!

Tous les formats, supports, techniques et autres performances sont acceptés comme la peinture, la photographie, la vidéo, la danse, la musique, la poésie, la lecture, la sculpture, la couture, la broderie, le tricot, la cuisine...

Ces réalisations peuvent être individuelles ou collectives (familles, associations, groupes d'amis...).


Les productions seront exposées au centre culturel Sainte-Anne, à la chapelle Saint-Marcellin, ou dans les rues du village.



Informations pratiques / conditions d'acceptation

Les créations seront réceptionnées jusqu'au lundi 26 septembre 2011.

Pour un délai plus court, nous contacter.

Elles devront pouvoir être regardées par tous les publics.

Les organisateurs se réservent un droit de refus.



En plus de ces expositions, regroupant des créations d'artistes professionnels aussi bien que d'artistes amateurs ou artistes d'un jour, sont prévues différentes interventions et propositions.






INTERVENTIONS PROPOSEES PAR DES PROFESSIONNELS.

UN CARACTÈRE PARTICULIER POUR CHACUNE, MAIS TOUTES PLACÉES SOUS LE SIGNE DU PARTAGE :



CREATIF-

Un atelier d'écriture animé par Sylvie Durbec, poète-écrivaine, en lien avec l'atelier d'arts plastiques de Susanna Lehtinen-Rives, plasticienne. S'adressent aux enfants et aux adultes.


CONVIVIAL-

Une conférence sur le vin présentée par André Crouzet, vigneron, propriétaire du domaine de Magalanne à Domazan.


SPECTACULAIRE-

La réalisation d'un « tapis rouge - Saint-Christophe », dans la Rue de l'Église par Ingo Hoffmann, artiste peintre.

L'image de la statue du saint, datant du XIVème S. et élément essentiel du patrimoine de Boulbon, sera peinte sur les pavés revêtant la rue, sur une longueur de 40m et une largeur de 5,5m.

Soit environ 4500 pavés concrétisant autant de pixels qui composent l'image.

La mise en œuvre se fera avec la participation de huit à douze personnes.


ET...

Afin que le rouge habille le village ces 1er et 2 octobre, participez au mouvement, un clin d'œil rappelant la couleur créera un lien dans l'aventure partagée : vêtements, décoration, fleurs..




LE PROGRAMME


SAMEDI 1er OCTOBRE


Installations et performances dans le village, à partir de 9H,

mise en œuvre du « tapis rouge Saint-Christophe ».

Ateliers d'écriture et d'arts plastiques, parvis Sainte-Anne à 10H.

Ouverture des expositions centre culturel Sainte-Anne et chapelle Saint-Marcellin à 10H.

Inauguration de ROUGE, rendez-vous place Gilles Léontin à 16H.

Conférence sur le vin, chapelle Saint-Marcellin à 17H30.

Verre de l'amitié. Parvis Sainte-Anne à 19H.

Pique-nique tiré du sac. Parvis Sainte-Anne.

Surprises lumineuses à la nuit noire, rendez-vous parvis Sainte-Anne.


DIMANCHE 2 OCTOBRE


Interventions et animations place Gilles Léontin, à partir de 10H.

Repas rouge au Café du Commerce. Sur inscription, 15€.

Installations dans le village.

Expositions centre culturel Sainte-Anne et chapelle Saint-Marcellin, 10H-12H30/14H-17H30.


CONTACT


Courrier : Association BES, Hôtel de Ville 13150 Boulbon

Courriel : boulbonalencresympathique@gmail.com

Paola Allievi 04.90.43.92.54

Sylvie Durbec 04.90.43.94.82

Véronique Hoffmann 04.90.43.90.92

Retrouvez BES sur Facebook


samedi 17 septembre 2011

La voix écrite/la voz escrita: Sylvie Durbec et Karla Olvera, voir sur le blog de K.O sa traduction en lien

La voix écrite

Ce serait comme lire

ou boire du thé

si on l’aimait

et voir les feuilles

doucement se déplier

et lire et boire

serait

l’unique façon de voir écrit

le mot rêveuses

pour dire l’état des feuilles

dans la théière

et dans le carnet

ouvert sur le pré

mercredi 14 septembre 2011

Sur un carnet retrouvé, notes pour mon père


Une pluie parfumée à mes pieds:
le vent est dans l'acacia.

Un vol de voix au-dessus de moi:
je cherche des yeux les anges.

Un vent riche, profond
palpite dans l'arbre long,
puis aventure des formes
en jouant avec le ciel.

C'est l'odeur d'un boulevard
de papier buvard
où marche joyeux le nom
de mon père mort.

J'ai un seul mort
dans la mémoire.
Il me donne de la joie
et envie de marcher, vite.

Ce mort, jamais
ne m'a enterrée
sous le poids
de la terre.

Mon père, c'est vrai
sur l'eau courait
en me tenant par la main
pris dans sa distraction.

(...)
SD, inédit

mercredi 7 septembre 2011

Ossip Mandelstam, mai 1935 à Voronèje,


:

Bien que déjà mort deux fois, je dois vivre,
Malgré les pluies dont la ville délire.

Comme elle est gaie, et joufflue, et radieuse,
Réjouissante pour le soc la couche grasse.

Et comme la steppe au tournant d'avril se tait,
Et le ciel, le ciel, ton Buonarotti!
(...)

Tristia et autres poèmes, Poésie Gallimard

lundi 5 septembre 2011

Manciet encore et les oiseaux de Dioscoride et la mer




et la mer dans le Vautour du soir
où s'accroît le bleu
où se retire la mer
la pomme de pin blanche

e la mar dens lu vutre deu ser
lo blur qu'i creish
la mar s' nanta
la pinha blanca

mercredi 31 août 2011

SEBALD, encore et toujours...et la Corse...




W.G. SEBALD, extraits de CAMPO SANTO, éditions Actes Sud, publié en février 2009

C’était une belle journée radieuse, les branches des palmiers de la place du Maréchal-Foch remuaient légèrement dans la brise venue de la mer, il y avait dans le port un bateau de croisière blanc comme neige, tel un grand iceberg, et je me promenais par les ruelles avec le sentiment d’être libre comme l’air, je pénétrais dans l’une ou l’autre des sombres entrées de maison semblables à des galeries de mine, je lisais avec une certaine piété les noms des inconnus sur les boîtes aux lettres de fer-blanc, et j’essayais de m’imaginer habitant l’une de ces forteresses de pierre, sans autre occupation jusqu’à la fin de mes jours que l’étude du temps passé et du temps qui passe. Mais comme aucun d’entre nous ne peut sereinement rester face à soi-même, et comme nous devons tous avoir des projets plus ou moins sensés, le fantasme qui venait de naître en moi – passer quelques dernières année sans la moindre espèce d’obligation – fut bientôt refoulé par le besoin de remplir l’après-midi d’une manière quelconque, et donc, sans savoir comment je me retrouvai dans le hall du musée Fesch, tenant à la main un carnet, un crayon et un billet d’entrée.

Petite excursion à Ajaccio, pages 11 & 12, Campo Santo, éditions Actes Sud, 2009

Ouvert devant moi, j’ai maintenant un album publié récemment, de photographies de Mahler. On le voit assis sur le pont d’un paquebot transatlantique, se promenant aux environs de sa maison de Toblach, sur la plage de Zandvoort, ou à Rome, demandant son chemin à un passant. Il me semble très petit et me fait vaguement penser à l’impresario d’un théâtre ambulant miteux. Effectivement, pour moi les plus beaux passages de sa musique sont ceux où l’on entend encore dans le lointain jouer les musiciens juifs. Il n’y a pas si longtemps, j’ai observé dans la zone piétonne d’une ville du Nord de l’Allemagne quelques musiciens lituaniens qui produisaient des sons tout à fait analogues. L’un avait un accordéon, l’autre un tuba cabossé et le troisième une contrebasse. Tandis que je les écoutais, sans guère pouvoir m’en détourner, je compris ce que Wiesengrund a écrit un jour à propos de Mahler, que sa musique était le cardiogramme d’un cœur en train de se briser.

Au bordel via la Suisse, A propos des journaux de voyage de Kafka, pages 173 & 174, idem

A quoi bon la littérature ? Soll es werden Auch mir, wie den tausenden, die in den Tagen ihres Frühlings doch Auch ahnend und liebend gelebt aber am trunkenen tag von den rächenden Parzen ergriffen, ohne Klag und Gesang heimlich hinuntergeführt, dort im allzunüchternen Reich, dort büSen im Dunleln, wo die langsame Zeit bei Frost und Dürre sie zahlen, nur in Seufzern der Mensch noch die Unsterblichen preist. [1]? Le regard synoptique qui dans ces vers survole la frontière de la mort est assombri et néanmoins illumine le souvenir de ceux qui ont subi la plus grande injustice. Il y a de nombreuses formes d’écriture ; mais c’est seulement dans la littérature que l’on a affaire, au-delà de l’enregistrement des faits et au-delà de la science, à une tentative de restitution.

Une tentative de restitution, page 238, Campo Santo, Actes sud.


[1] « En adviendra-t-il de moi comme de ces milliers d’autres qui ont vécu/les jours de leur printemps dans l’aspiration et l’amour/mais au jour de l’ivresse saisis par les Parques vengeresses/ont été en secret , sans cri ni complainte, menés/là-bas dans le trop austère royaume/là-bas expient dans l’obscurité/où sous un éclat trompeur se déchaine une folle agitation/où l’homme ne loue plus qu’en soupirant sans cesse les immortels. » Friedrich Hölderlin, Elégie, ed.Beisner, Carl Hanser Verlag, Munich 1970, t.1,p.264.